Le maharajah d’Indore

La découverte du «Swissness»

 

 

 

Nous sommes le 14 juin 1960. Cette année-là, John F. Kennedy devient président des Etats-Unis. L’Union soviétique est championne d’Europe de football et le film «La Dolce Vita» de Federico Fellini obtient la Palme d’or à Cannes. C’est déjà votre cinquième séjour à l’Hôtel Schweizerhof Lucerne, car vous avez eu le coup de foudre pour la Suisse, ses lacs magnifiques et ses paysages alpins majestueux. Les vallées vous rappellent un peu le Cachemire, dans le nord de l’Inde.

Vous-même êtes originaire d’Indore, un important centre de commerce en Inde centrale, à la confluence du Kham et du Sarasvati, sur le plateau de Vindhya. Votre nom est maharajah Sir Yeshwentrao Holkar II. Vous êtes issu de l’une des dynasties princières les plus influentes d’Inde britannique. Vers 1715, votre ancêtre Malhar Rao Holkar, fondateur de la dynastie Holkar, proclame Indore capitale du royaume du même nom.

Sous le protectorat britannique, vous êtes le dernier Holkar à gouverner Indore jusqu’à peu de temps après l’indépendance de l’Inde en 1947. Les palais de votre famille comme le Lal Bagh ou le Raj Wada témoignent de votre incommensurable richesse. Néanmoins, lorsque les privilèges des maharajahs indiens sont abolis, vous quittez vos palais et vendez le mobilier aux enchères en Europe.

L’Europe. Votre famille a toujours aimé le Vieux Continent.

Et depuis les années 20, vous passez régulièrement plusieurs semaines à l’Hôtel Schweizerhof Lucerne.

Cette fois encore, vous êtes arrivé avec votre petite cour: votre médecin personnel, plusieurs cuisiniers et serviteurs. Comme tous les matins, vous prenez un petit-déjeuner chaud et copieux sur la terrasse.

Outre le poha indien traditionnel (riz épicé) et le sheera (gâteau de semoule sucré) préparés par vos cuisiniers, les röstis suisses des cuisiniers de l’hôtel doivent absolument figurer au menu.

Après un long repas, vous décidez spontanément d’effectuer une petite promenade dans les boutiques de la vieille ville de Lucerne. Avec deux de vos serviteurs, vous flânez à travers la Hertensteinstrasse et découvrez chez le cordonnier «Denti» une paire de chaussures en cuir fabriquées à la main.

Ravi, vous ressortez muni de votre achat, laissant – comme toujours – vos serviteurs régler la facture.

A l’entrée de l’hôtel, vous croisez Susy Hauser, copropriétaire de l’hôtel, et lui montrez fièrement votre acquisition. Même si vous êtes maharajah, vous gardez toujours de l’enthousiasme pour les bonheurs simples de la vie. C’est probablement ce qui vous rend si sympathique. Et bien sûr, vous apportez toujours un cadeau lors de vos visites à Lucerne.

Pour Madame Hauser, traditionnellement, une belle boîte de caviar. Ce que vous ignorez, c’est que vous lui avez déjà fait un plus beau cadeau encore: votre famille faisait partie des premiers clients indiens fidèles de l’Hôtel Schweizerhof et, grâce à l’écho suscité par vos visites, la proportion de clients indiens ne cessera d’augmenter dans les années suivantes.

Pour les Indiens, le terme «swissness» deviendra synonyme d’hospitalité, de qualité et de professionnalisme. Merci au maharajah!