Lewis Hamilton

Une bouffée de formule 1

Janvier 2011, par une belle journée d’hiver. Le moteur vrombissant, vous engagez votre McLaren MP4-12C sur la voie d’entrée de l’hôtel. Vous extirpant rapidement de votre voiture 600 CV, vous pénétrez dans la chaleur agréable du hall du Schweizerhof.

D’accord, ce n’est pas tout à fait exact. Mais ce qui est vrai, c’est que vous êtes Lewis Hamilton. Adrian Sutil, votre ami allemand et collègue de Formule 1, vous attend déjà au restaurant Galerie, table n° 21. Une accolade chaleureuse, une tape amicale sur l’épaule et, à peine assis, vous commencez déjà à discuter de la prochaine saison de course. Après avoir fait sensation en 2008 en devenant le plus jeune champion du monde et avoir terminé 5e et 4e les deux années suivantes, vous avez beaucoup bricolé avec votre team McLaren sur la nouvelle flèche d’argent afin de vous assurer à nouveau une place sur le podium.

Le dessert est servi. Il clôt en beauté un moment sympathique avec votre ami. Ce que vous ignorez encore:

dans les mois à venir, votre amitié se refroidira considérablement et la presse à scandale s’en fera largement l’écho...

Un an plus tard, presque jour pour jour, en janvier 2012, la fièvre de la Formule 1 s’empare à nouveau de l’Hôtel Schweizerhof Lucerne. Kamui Kobayashi, pilote dans l'équipe Sauber depuis 2010, est invité à un shooting photo de son partenaire Certina. La marque suisse de montres de sport met parfaitement en scène le Japonais dans l’ambiance historique du Schweizerhof. Son travail achevé, Kamui reprend des forces au restaurant Galerie.

Il fait partie des rares Japonais qui n’aiment pas les sushis, mais qui apprécient visiblement la cuisine suisse. Après tout, il court pour une écurie helvétique et caresse le rêve d’élire domicile en Suisse. Tout en écrivant dans le livre d’or, il fait d’ailleurs remarquer:

«Je devrais peut-être aussi m’installer à Zoug. Il y a déjà quelques pilotes de Formule 1 là-bas...»